Côte d'azur, France
+33(0)6 66 94 67 58
info@magaliroby.com

Le Syndrome des Loges : Comment soulager les douleurs et éviter l’opération ?

Mouvement, Santé et Performance pour tous

Le Syndrome des Loges : Comment soulager les douleurs et éviter l’opération ?

Le Syndrome des Loges : Comment soulager les douleurs et éviter l’opération ?

Peu connu du grand public et/ou des sportifs, le syndrome des loges est une affection qui va immanquablement limiter voire même stopper le sportif dans sa pratique.

QU’EST-CE QUE LE SYNDROME DES LOGES?

La loge est la fine enveloppe de tissu conjonctif (fascias)  qui recouvre les muscles. Au cours d’un effort, les vaisseaux sanguins, à cause d’une pression trop forte vont augmenter en volume et par conséquent, les muscles vont eux aussi grossir. Certes, les muscles ont donc une capacité à augmenter en volume, en revanche, la loge de type fibreuse n’est pas extensible. Le muscle qui aura alors gonflé, va « manquer de place » et se trouvera complètement en manque d’oxygénation. En quelque sorte il « étouffe » dans sa loge. Cela a pour conséquence d’augmenter la pression à l’intérieur du muscle (pression intramusculaire).

SYMPTÔMES : Le muscle a augmenté en volume et il présente un durcissement, gonflement, une forte congestion voire une tétanie musculaire avec des douleurs de type crampe. Selon la gravité, les douleurs peuvent être plus ou moins importantes.

DANS QUELLES DISCIPLINES EST-IL FRÉQUENT ? QUELS GROUPES MUSCULAIRES SONT LE PLUS TOUCHES :

Il s’agit en général de petits groupes musculaires soumis à des pressions importantes au regard de leur taille.

LES MUSCLES DE L’AVANT BRAS : On retrouve cette pathologie dans le domaine de l’haltérophilie, dans les épreuves de force, les sports de combat (Judo, Jujitsu…), le tennis, le VTT (notamment en descente dû aux vibrations encaissées par les avants bras), la MOTO… Toute discipline qui nécessite une forte préhension des muscles de la main et donc une importante sollicitation des muscles des avants bras.

LES MOLLETS : Pour la même raison que citée ci-dessus. Malgré leur relative petite taille, les mollets peuvent être soumis à une forte et constante pression. Ex : Cyclisme, Course à pieds…

LE SYNDROME DES LOGES DANS LE DOMAINE DU TRAVAIL :

Certaines professions qui exigent une sur-sollicitation des certains muscles, notamment ceux de l’avant bras, peuvent voir un nombre de personnes souffrir de cette pathologie. Les métiers du bâtiment (ex : ouvrier manipulant le marteau piqueur), la restauration (serveur) etc… Dans ce cas le traitement et les conseils que je vous propose sont les mêmes.

 

LA CHIRURGIE :

Il existe une intervention chirurgicale qui permet normalement de régler le problème de manière définitive. Cette intervention appelée « APONEVROTOMIE » consiste à ouvrir, c’est-à-dire à inciser les aponévroses (la loge du muscle) afin d’abaisser la pression intramusculaire.

UNE SOLUTION « AUTOMASSAGES » NON INVASIVE ET PEU COUTEUSE :

Les automassages apparaissent comme une solution pour éviter l’opération (selon le niveau de gravité) et pour soulager les douleurs. Il s’agit de se préoccuper des nos fascias afin de détendre les zones congestionnées et d’en faire diminuer la pression intramusculaire. Dans un prochain article, je vous expliquerai, que nos fascias sont plus « innervés » (reliés à notre cerveau) et contiennent plus de capteurs sensoriels que nos fibres musculaires même. D’où l’importance de prêter véritablement attention à nos fascias.

Pratiquer ces automassages va permettre de diminuer la pression intramusculaire.

Tout d’abord, en exerçant une pression adaptée sur la zone cible, le massage  va aider à détendre les tissus. Ensuite et le plus important, l’action de rajouter une compression adaptée à votre seuil de douleur  à l’aide de votre propre poids de corps, va permettre de REVASCULARISER  la zone. Comprimer les muscles signifie comprimer aussi les vaisseaux sanguins. Lorsque que la compression sera levée,  il y aura un gros afflux sanguin et la circulation sanguine et lymphatique sera relancée. Il s’agit ici du point le plus important. Celui de REOXYGENER la zone endommagée. Une fois l’apport en oxygène rétabli, les tissus seront plus libérés.

QUAND PRATIQUER CES AUTOMASSAGES ?

AVANT L’EFFORT :

  • Préparer les muscles à l’effort grâce au l’activation de la circulation sanguine en local.
  • Détendre les muscles, l’ensemble des tissus pour une meilleure mobilité du poignet.
  • Gain de force du muscle ciblé.

APRES L’EFFORT :

  • Détendre les muscles, soulager les tensions.
  • Préparer ses muscles aux étirements.
  • Accélérer le processus de récupération.

CONSEILS POUR PRATIQUER CES AUTOMASSAGES :

Il faut bien comprendre que lorsque vous commencez à pratiquer ces automassages, vous devez acteur de votre santé et de votre bien être. Respectez votre SEUIL DE DOULEUR TOLÉRABLE. Selon le niveau de gravité, la douleur sera plus ou moins forte. Lorsque vous démarrez la 1erè série, vous ressentirez forcément plus de douleur car vos muscles ont besoin d’un peu de temps pour se détendre. En ce qui concerne la durée de cette manipulation : Le massage doit durer entre 1 à 2 minutes. Mais pas plus. Répétez plusieurs fois par jour si nécessaire selon la gravité.

LA REACTION EN CHAÎNE : LE SYNDROME DES LOGES PEUT AUSSI GÉNÉRER D’AUTRES PATHOLOGIES RÉFÉRÉES : Les loges de l’avant bras font donc partie d’une longue chaîne myofasciale que l’on appelle la « chaîne du bras » et qui recouvrent l’ensemble des tissus, vaisseaux, tendons, ligaments et articulation de la main jusqu’à l’épaule. Une inflammation et des loges rétractées, traumatisées peuvent ainsi également générer des problèmes au niveau du coude, de l’épaule voire même cervicale.

CONCLUSION : En pratiquant ces automassages, vous pouvez  diminuer les douleurs, éviter la chirurgie, éviter l’apparition de ce syndrome des loges, et par conséquence éviter également l’apparition de tendinopathie sur une ou plusieurs autres parties de votre corps.

Prenez soin de vos fascias ! Devenez ACTEUR DE VOTRE SANTÉ ET DE VOTRE BIEN ÊTRE.

 

 

 

 

 

 

Partagez cet article
  • 5
    Partages

 

2 réponses

  1. olivier dit :

    Bonne synthèse de la pathologie , petite précision : quelquefois l’intervention chirurgicale ne règle que provisoirement le problème et celui-ci peut ré apparaitre plus tard ( constaté sur les mollets).

    Merci pour vos conseils et longue vie au blog.

    • Magali ROBY dit :

      Bonjour Olivier! Merci pour ce 1er commentaire sur mon blog 😉
      Merci surtout pour cette précision, d’où l’intérêt certainement d’intégrer les méthodes d’automassages dans la prévention de récidive. Je suis curieuse de retour à ce sujet.
      A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *